allaitement et ostéopathie

Voir l’allaitement sous un autre angle

Mais pourquoi l’allaitement intéresse mon ostéopathe Bertrand Rémin ?

Allaiter son bébé au sein ou au biberon est toujours une décision personnelle et légitime. Oui ! Mille fois oui !

Pourquoi l’allaitement intéresse mon ostéopathe ?

En réalité, il n’y a jamais de mauvais allaitement tant que … le choix a été fait en conscience et que ce moment est vécu comme un instant de partage et d’amour avec son enfant pour la maman comme pour le papa.

Pour un ostéopathe, il s’agit surtout de bien connaitre les conséquences fonctionnelles de l’allaitement au sein ou au biberon.

Les deux modes de nutrition sont en effet souvent comparés en regard des qualités nutritives et d’immunologie, plus rarement en observant les conséquences sur le développement oro-facial de l’enfant (respiration, déglutition, occlusion).

C’est ce que nous allons tenter de résumer ici.

L’allaitement au sein

L’exercice musculaire du nourrisson est en effet nettement différent selon son mode de nutrition.

Il en résulte un impact sur la croissance oro-faciale décrite par nombreux auteurs, dont le Pr DELAIRE que j’ai eu la chance de rencontrer lors des journées de rencontres de son association l’AREMACC. 

L’allaitement au sein nécessite une activité mécanique de succion efficiente pour initier et entretenir la lactation. Sans tétée efficace, il n’y a pas de lait ! Le bébé propulse la mandibule vers l’avant pendant qu’il serre le téton avec ses lèvres. Ce faisant, il étire le sein et sollicite les récepteurs du mamelon et de l’aréole. 

La succion nécessite de créer le vide dans la bouche du nouveau-né. La dépression buccale ainsi obtenue complète le dispositif de serrage et de jonction des lèvres (occlusion labiale) pour saisir et maintenir le téton. 

Le vide nécessaire au maintien du téton dans la bouche oblige donc le nourrisson à respirer par le nez. S’il tente de respirer par la bouche, le sein lui échappe ! Plus que de succion, on devrait donc parler d’extraction du lait.

L’apprentissage des fonctions pendant l’allaitement

C’est ainsi que la tétée est un des moteurs de la croissance de la face chez les nouveau-nés. Elle met en jeu de nombreux muscles qui développent des forces intermittentes considérables. Elle contribue à la maturation et à la synchronisation de leur activité, par l’apprentissage simultané de plusieurs fonctions orofaciales : ventilation, succion, déglutition. 

L’allaitement au biberon ne demande pas autant d’efforts au nourrisson. Il n’exécute pas non plus précisément le même mouvement. C’est pourquoi de nombreuses études démontrent une différence significative, en défaveur de l’utilisation du biberon, concernant l’occlusion labiale, la position de la langue au repos, la respiration nasale, la forme des arcades.

L’allaitement au sein diminue donc la prévalence des malocclusions. 

Votre ostéopathe, sensible à ces différents facteurs, vous recommandera donc un allaitement au sein, mais ne vous culpabilisera jamais de choisir un allaitement au biberon. L’allaitement doit respecter votre volonté, c’est cela qui fait sens pour votre enfant et pour son équilibre.

L’ostéopathe adaptera in fine sa thérapeutique en fonction de l’évolution de votre bébé, et des éventuelles difficultés qu’il traverse.

Faites le choix qui vous appartient, être informée est un bon départ ! Adoptez une posture vigilante et prenez rendez-vous régulièrement chez votre ostéopathe pour qu’il puisse intercepter des signes de dysfonctions orofaciales, que vous ayez choisi le sein ou le biberon.

© Bertrand Rémin ostéopathe à Nantes et Saint-Nazaire 2017.

Cet article n’est pas libre de droits, toute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.