• 2 min read
SOS OSTÉOPATHE

Mon enfant respire par la bouche

Dans un article précédent, nous avons parlé de l’importance de la qualité de la respiration nasale. A contrario de celle-ci se trouve la respiration buccale. Découvrez tous les secrets de la respiration et leurs conséquences !

La respiration en question

La respiration nasale assure une fonction capitale dans le développement orofacial. Elle assure de plus une autre fonction primordiale : la fonction encéphalique.

En effet, l’homme possède une qualité unique dans le monde vivant : sa posture bipédique redressée. De fait, l’encéphale a pris la place prépondérante qu’on lui connait.

Pour bien fonctionner, le cerveau possède des caractères de thermorégulation propres qui lui assurent un bon fonctionnement.

  • Les veines nasales externes sont en continuité anatomique avec certaines veines qui desservent le cerveau. Ainsi, l’air qui pénètre par le nez refroidit par contact le sang passant dans ses veines.
  • L’air qui passe par le nez arrive au niveau des sinus. Il se retrouve anatomiquement séparé de la partie antérieure du cerveau par une fine lame osseuse translucide à la lumière. Cette région anatomique est la région des sinus ethmoïdaux et sphénoïdaux. Elle permet là aussi un refroidissement par contact.

Les troubles de la respiration buccale

Ainsi, un enfant respirateur buccal aura un accès moindre à ces possibilités de refroidissement de l’encéphale. Il devra donc en « inventer » d’autres comme l’hypermouvement, l’agitation, la sudation nocturne …etc.

On retrouvera alors des symptomatologies associées aux dysfonctions inhérentes à ce mode respiratoire comme :

  • des difficultés de concentration,
  • un schéma corporel troublé,
  • des troubles du sommeil,
  • ou bien encore des troubles de l’apprentissage.

L’ostéopathe va essayer des réintégrer une bonne respiration nasale. Le plus tôt est le mieux !

Un ostéopathe qualifié saura déceler et traduire d’infimes signaux. Puis aura lieu un travail multidisciplinaire en collaboration avec :

  • un orthopédiste dento-facial,
  • un orthophoniste,
  • un kinésithérapeute maxillo-facial,
  • ou un psychomotricien.

Rétablir une bonne respiration est également un outil précieux à l’école et plus globalement dans les apprentissages. La plasticité de l’encéphale et ses multiples connexions  seront en effet nettement facilitées et amplifiées avec une respiration nasale optimum.

Elles ne sauraient cependant tout expliquer ! Le cadre physiologique devra -par exemple- être complété par un cadre pédagogique et émotionnel permettant à l’enfant de pouvoir développer sa formidable capacité d’intégration intellectuelle.

© Bertrand Rémin ostéopathe à Nantes et Saint-Nazaire 2017

Cet article n’est pas libre de droits, toute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.