• 5 min read
LE PATIENT AU COEUR

Les secrets de mon agenda

La gestion des créneaux de rendez-vous d’un professionnel libéral de la santé et du soin est toujours un sujet épineux, car il requiert plus de complexités qu’il n’y parait à première vue. Tant et si bien que de nombreux outils numériques se sont développés ces dernières années pour les y aider (prise de rdv à distance par exemple).

La confiance du patient

L’attente première du patient est d’être reçu le plus rapidement possible, si possible par le soignant qu’il connait et en qui il a confiance. Plusieurs études montrent en effet ces paramètres comme étant essentiels dans une relation de soins. La crise sanitaire de Covid-19 n’a d’ailleurs que très peu modifié ces sentiments, les patients peuvent consulter un autre médecin, y compris, à distance, mais alors attendront de lui les mêmes attentions que leur médecin traitant.

L’attente du patient est partagée. Le soignant a également à coeur  de recevoir son patient le plus vite possible. Il n’a aucune raison de retarder inutilement une consultation.

Les contraintes

Pour ce qui me concerne, les contraintes de mon agenda peuvent se résumer au trois points suivants :

  • à Saint-Nazaire, comme à Nantes, j’ai développé depuis 20 ans une expertise en relation étroite avec d’autres professionnels de soin et santé. Conséquence directe : un nombre de patients croissants  qui me font confiance et que je suis naturellement heureux de pouvoir accompagner sur leur chemin thérapeutique,
  • d’autre part, pour un soin de qualité, je conserve des créneaux de durée identique, soit 45 minutes, il n’est pas envisageable de réduire le temps de consultation pour recevoir plus de patients ,
  • enfin, comme tout un chacun, je dispose de 24 heures dans une journée pour faire coïncider une vie riche professionnellement et une vie de famille pas moins épanouissante.

La place du collaborateur

Afin de pouvoir recevoir le plus grand nombre, j’ai choisi d’augmenter considérablement le nombre de patients reçus en travaillant avec un collaborateur.

Dans le contrat de confiance, et souvent de sympathie avec les patients, il me semblait cependant indispensable de prendre le temps de post-former ce collaborateur qui me seconderait afin que l’intention thérapeutique et le soin soit semblable entre lui et moi. Ce temps de formation est un indispensable à la qualité et la continuité des soins.

Antoine Jublin répond parfaitement aujourd’hui aux exigences à la fois du métier tel que je l’exerce et aux attentes des patients. Bien entendu, il n’a pas mes 20 ans d’expérience, mais il en a gagné 10 à mes côtés dans un très court laps de temps. Il produit un travail de qualité.

Nous sommes dans une relation professionnelle très agréable et efficace. Je lui apporte autant qu’il me fait progresser. Il s’agit bien ici de deux collègues qui échangent sur des sujets qui les passionnent. C’est le sens de ma transmission.

La qualité du soin au centre de notre organisation : le patient au coeur

Lorsque je propose un rdv avec mon collaborateur, ce n’est donc pas pour un soin bas de gamme ou  parce que je déconsidère le besoin du patient, mais bien parce que je manque de temps, et que je n’ai pas la capacité de recevoir tout le monde à court terme. C’est évidemment le cas également pour mon collaborateur.

Mon temps de travail journalier, c’est 14 à 15 consultations de 45 minutes chacune, avec une courte pause méridienne (de 30 mn maximum) laquelle est le plus souvent occupée à rappeler des patients ou les professionnels de santé qui souhaitent me joindre.

C’est en soirée, et sur mon temps familial,  que je réalise mes courriers de transmission à ces mêmes professionnels ou la réponse aux mails qui me sont adressés.

Par ailleurs, pour continuer d’offrir un soin de qualité aux patients et toujours progresser dans ma prise en charge, il est utile d’ajouter la lecture de nombreux ouvrages scientifiques, des recherches personnelles, et de nouveaux temps de post-formation/congrès/colloques.

La santé du soignant

En vous révélant les secrets de mon agenda, je n’ai évidemment pas pour objectif de faire pleurer dans les chaumières, mais de re-situer une réalité  : le manque de temps du professionnel de soin et de santé.

Vous le comprenez aisément , je n’ai pas de temps creux dans mon agenda, et c’est pourquoi, je ne peux pas vous recevoir plus vite.

Je ne cache pas de créneau d’urgence libre, j’en ai chaque semaine une quinzaine qui se remplissent vite ! et je ne peux pas ajouter un « petit » rdv entre deux autres rdv, ou après le dernier créneau  du soir.

J’estime en effet, qu’après une journée de 12 h de consultations, je ne suis plus apte à réaliser un soin de qualité  qui ne mette en danger à la fois le patient, et le professionnel qui doit savoir prendre du recul et se préserver une vie de famille nécessaire à son équilibre.

Un immense MERCI à mes patients

Aussi, je remercie infiniment tous mes patients qui pensent à moi, ont un mot sympathique, un sourire lors de nos échanges, me gratifient de ma disponibilité, me font des retours chaleureux et positifs. La dernière période, post-confinement, a été particulièrement difficile à gérer, mais j’ai reçu des témoignages adorables qui l’ont rendu moins abrupte.

Je vous remercie donc  vous qui lisez cet article jusqu’au bout (bravo!), comme l’immense majorité de mes patients qui comprend que je fais toujours au mieux.

Et pour conclure, je remercie ma famille, précieuse et dévouée, qui comprend elle aussi la passion dévorante de mon métier.

© Bertrand Rémin ostéopathe à Nantes et Saint-Nazaire 2017.

Cet article n’est pas libre de droits, toute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.